Les robes sur mesure

Quand j’ai proposé à mes filles de leur réaliser des robes sur mesure, j’ai tout de suite vu des étoiles dans leurs yeux ! Ma grande imaginait une belle robe d’été, et ma plus petite une robe de princesse… forcément. Dans cet article, je vous décris les différentes étapes qui m’ont permise d’y arriver.

Le choix du tissu

Je leur ai proposé de choisir elle-même le tissu sur le site de la mercerie Carefil.

Ma plus grande a choisi une popeline de coton unie rouge tomate et ma plus petite un coton bleu clair caraibes.

Le choix des tissus m’a surprise, j’imaginais qu’elles auraient choisi des tissus à motifs, mais non ! Par contre le choix des couleurs est très représentatif de leurs personnalités. Ma plus grande a un tempérament extraverti, elle aime se mettre en avant et parle beaucoup, la couleur rouge lui correspond bien ! Ma plus petite quant à elle est plus introvertie et calme, je trouve que le bleu clair lui correspond bien aussi.

Les différentes étapes de création des robes

C’est la première fois que je me lançais dans la confection de robes sur mesures. Habituellement, soit j’utilise un patron, soit je pars d’un patron existant que je modifie.

Pour m’aider, je me suis acheté le livre “Devenir Modeliste” d’Esmod Editions que j’ai réussi à trouver d’occasion.

Livre devenir modéliste : le vêtement d´enfant

Pour commencer, j’ai pris les mesures de chacune de mes filles et j’ai tracé sur un papier à patron leur buste de base. J’ai réalisé cette étape avec ma grande fille, ça lui a permis de réviser ses maths et sa géométrie 🙂

Cette étape consiste à reporter des points sur un papier en fonction des mesures des différentes parties du corps. ensuite, il suffit de relier ces points avec une règle (pour les traits droits) ou un perroquet (pour les parties arrondies).

Ensuite j’ai apporté les modifications conseillées dans le livre permettant de réaliser une robe à partir de cette base.

Après cette étape, j’ai réalisé une toile de chaque buste à partir d’un ancien drap afin de vérifier la taille sur mes filles.

Pour la robe de ma grande, le haut est composé d’un buste classique sans manche et un dos boutonné, je l’ai doublé avec le même tissu pour avoir une belle finition. J’ai également ajouté une ceinture en liberty à la demande de ma fille. Le bas est un “simple” rectangle de tissu froncé.

Techniquement, le montage est le même que pour les robes de cérémonie que j’avais réalisé. Je n’ai pas eu trop de difficultés, mis à part pour la doublure pour laquelle j’ai eu quelques sueurs froides !

Devant

Dos

Les derniers détails

Ma plus petite m’a demandé à ce que sa robe ne comporte ni boutons, ni fermeture éclair. Elle est très sensible et supporte assez mal les vêtements de ce type (ce qui n’est pas très pratique pour l’habiller au quotidien, vous l’imaginez bien !).

Pour répondre à sa demande, j’ai réalisé un dos assez ouvert en forme de V afin qu’elle puisse l’enfiler. Le haut est également doublé avec un voile de coton blanc. J’ai choisi de faire des manches assez volumineuses afin de donner une touche d’originalité à la robe.

J’ai mis du temps à réussir à faire les manches que j’imaginais, au final, j’ai opté pour des volants froncés sur les épaules. Pour les bordures de manches, j’ai réalisé un ourlet roulotté , je ne voulais pas les doubler pour qu’elles restent légères.

Enfin pour le bas, j’ai réalisé des plis réguliers tout autour de la jupe. J’aime beaucoup l’effet.

Quand ma fille a vu sa robe elle a dit “ouahhh”. Et ça c’est le plus beau des cadeaux 🙂

Devant

Dos

Conclusion

Au final je suis très contente d’avoir réalisé ces deux robes. D’une part parce que mes filles sont ravies (et c’était bien le but !) mais aussi parce que j‘ai réussi à faire du “sur mesure”. Les robes leur vont vraiment bien en terme de taille, c’est très satisfaisant. A renouveler donc !

D’ailleurs je suis en train d’apprendre à utiliser le logiciel Seamly2D (anciennement Valentina) qui permet de réaliser des patrons. Je vous en parlerai probablement dans un prochain article !

Les bases de la couture #3 Réaliser un vêtement à partir d’un patron

Et voilà, après avoir choisi votre patron, il va bien falloir s’en servir !

Cet article n’est pas exhaustif, il présente quelques bases pour avoir une idée des différentes étapes permettant de monter un vêtement à partir d’un patron.

Etape 1 – Préparer le matériel

Avant de commencer, assurez-vous d’avoir le bon matériel :

  • des ciseaux de couture,
  • des ciseaux à papier,
  • un crayon de papier,
  • du papier à patron (rouleau de papier calque transparent),
  • du tissu et du fil assorti,
  • des épingles.

Etape 2 – Préparer le tissu

Ça y est vous avez acheté votre tissu, vous avez envie de démarrer vite vite ! Et bien il va falloir attendre un peu… Car il y a bien une étape primordiale avant tout : laver le tissu ! Si vous zappez cette étape, vous risquez de vous retrouver votre réalisation rétrécir au premier lavage …

Pour le lavage, il suffit de laver le tissu à la même température à laquelle vous laverez votre vêtement par la suite. Il n’est pas nécessaire de mettre de la lessive.

Si vous avez peur que votre tissu déteigne, vous pouvez également le plonger dans une bassine additionnée d’eau froide et d’une tasse de vinaigre blanc et d’une autre de gros sel. Remettez ensuite à tremper avec uniquement de l’eau.

Enfin, une fois votre tissu lavé et séché, il est important de le repasser.

Etape 3 – Décalquer le patron

Les patrons que l’on achète contiennent généralement un livret explicatif et une planche à patron.

La planche à patron contient toutes les pièces qui vont composer votre futur vêtement. Chaque taille (36, 38, 40, …) est identifiée par un trait de couleur ou de style (pointillet, tirets, ..) différent.

La planche à patron ne se découpe pas mais se décalque. Pour cela, il faut positionner le papier à patron sur la planche à patron et reporter au crayon les pièces une par une sans oublier les différentes marques.

Découpez ensuite les différentes pièces.

Étape 4 : Reporter les pièces sur le tissu

Tout d’abord, plier le tissu selon les recommandations du patron.

Positionner les différentes pièces découpées à l’étape 3 sur le tissu et les fixer sur le tissu à l’aide d’épingles.

Certaines pièces de patrons prennent en compte les marges de couture et d’autres non. Si ce n’est pas le cas, je vous recommande de faire un trace à la craie ou au feutre lavable tout autour de la pièce en ajoutant une marge d’un centimètre de façon générale ou de 3 centimètres pour les ourlets.

Découper les différentes pièces de tissu avec les ciseaux de couture.

Étape 5 : Monter le vêtement 

Les différentes pièces sont coupées, il ne reste plus qu’à les assembler en suivant les instructions…

Pour le montage, il faut bien faire attention à positionner les pièces endroit contre endroit avant de coudre…. sinon vous n’aurez plus qu’à tout découdre (grâce à un super outil.. le “découpe-vite” ! Qui devient vite un ennemi 🙂 ).

J’espère que cet article vous a plu … à bientôt !

Image de l’article conçue par Freepik

Les bases de la couture #2 Le choix du patron

Voici un deuxième article dédié aux débutants en couture. Cette fois-ci je vais vous parler du choix du patron dans le cas où l’on souhaite réaliser un vêtement.

Patrons burda et autres…

Il existe énormément de patrons sur le marché. Les plus connus sont de la marque Burda, Vogue, McCall’s ou Butterick que l’on peut retrouver sur internet mais aussi dans la plupart des merceries. Je n’ai moi-même jamais utilisé ces marques de patrons mais il me semble que ces marques ne sont pas très accessibles pour les débutants (les instructions sont peu détaillées) et je trouve les modèles un peu vieillots … mais ce n’est que mon avis ! Par contre, ces patrons ne sont pas très chers, les patrons de la marque Burda sont vendus 8€ environ par exemple.

Patrons indépendants

Ensuite, il existe plusieurs marques de patrons indépendants. Il s’agit de patrons réalisés par des créatrices ou des petites sociétés. Ces patrons s’achètent quasi-exclusivement sur internet. Les modèles proposés sont originales et dans l’air du temps. J’affectionne particulièrement ce genre de patrons que je trouvent vraiment adaptés aux débutants, les instructions sont bien détaillées et illustrées. La plupart des créatrices ont un blog en parallèle où l’on peut également trouver de l’aide complémentaire si besoin. Par contre, le prix de ces patrons est plus élevé (aux alentours de 15€).

Certaines marques propose d’acheter le patron au format PDF pour un prix réduit plutôt que de le recevoir en pochette déjà imprimé. Cela demande par contre du temps pour imprimer/découper/scotcher le patron…

Exemple de marques de patrons indépendants : Aime comme Marie, Louis Antoinette, Deer and Doe, Dessine moi un patron, Ivanne S., Republique du chiffon, ….

Patrons issus de magazines

Enfin, autre possibilité, les patrons issus de magazines. Il existe beaucoup de magazines de couture et je ne les connais bien évidemment pas tous ! Les plus connus sont : La Maison Victor, Coudre c’est facile et Burda Style. Les magazines contiennent plusieurs patrons, il y a donc peu de chances de ne pas en trouver au moins un que l’on aime en achetant un magazine ! Pour les instructions, cela dépend vraiment des magazines, parfois elles sont détaillées, parfois moins… La difficulté se situe plutôt sur les planches de patrons qui superposent plusieurs modèles, cela rend compliquée l’étape où l’on doit reproduire le patron ! Niveau prix, les magazines sont vendus aux alentours des 8€ ce qui est plutôt abordable.

Pour ma part, mon magazine chouchou est La Maison Victor, j’en possède plusieurs et je ne suis jamais déçue. Je compte même m’y abonner prochainement…

Patrons gratuits sur internet

Il existe énormément de patrons gratuits sur internet, certains sites sont même spécialisés la-dedans comme Pop Couture ou Petit Citron. J’ai moi-même utilisé plusieurs fois des patrons issus de ces sites qui redirigent pour la plupart du temps vers des blogs comme le mien. Je pense que ce système est l’idéal pour faire des réalisations basiques comme des jupes élastiquées, bloomer ou bavoirs par exemple. Par contre, pour des réalisations plus complexes, il vaut mieux se rabattre sur un “vrai” patron…

Voilà, j’espère que cet article vous a plus ! Ce n’est que mon avis de couturière niveau “intermédiaire”, n’hésitez pas à faire des commentaires si vous n’êtes pas du même avis !

 

Image de l’article conçue par Freepik